tec-ma | “Non” est aussi une réponse
1032
post-template-default,single,single-post,postid-1032,single-format-standard,cookies-not-set,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-8.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.9.2,vc_responsive

“Non” est aussi une réponse

24 Sep “Non” est aussi une réponse

Nous aimons conclure des accords.

Nous aimons être écoutés, compris et même suivis.

Quelquefois, les choses ne prennent pas la direction que nous avons imaginée et évoluent vers des situations non désirées, inconfortables ou simplement intenables.

Un mot tout simple et pourtant si difficile à prononcer pour beaucoup d’entre nous peut commencer à désamorcer ces situations. Ce mot est «non».

Aussi court, simple et dénué de sous-entendu qu’il puisse être, il nous paraît plus imposant dans bien des cas.

Comment arriver à utiliser ce petit «démineur», garant du respect de nos valeurs et protection contre les situations nuisibles?

D’abord, le non peut être utilisé comme un retour d’expérience et non comme une sanction. Comme une bienveillante collaboration à la discussion et non comme un barrage aux idées de l’autre.

Trois éléments essentiels feront la différence entre un échange tennistique et un dialogue constructif.

Le premier se situe dans la temporalité: Déposer, cartes sur table, ses limites et ses contraintes avant toute chose, en guise de préalable, est un prérequis extrêmement productif, car il balisera le reste de la discussion et réduira d’autant la nécessité de recourir au «non».

Le second est le caractère direct: Attendre avant de dire non ne fait que retarder, compliquer et hypothéquer une issue positive.

Le dernier élément réside dans la manière: Entre un refus sec et péremptoire et une explication constructive, basée sur des principes, mettant au centre de la discussion les faits plutôt que les personnes, les effets du «non» seront radicalement différents.

Une fois encore crise sera alors synonyme d’opportunité. Tant que nous serons guidés par l’écoute et la bienveillance, menant nos discussions avec sens et connaissance de nos propres désirs, objectifs et limites, «non» ne sera considéré comme inaudible que par les personnes de mauvaise foi, égoïstes, dénuées d’écoute et autres manipulateurs.

Avec tous les autres, qui finalement sont également ceux avec qui il est possible de conclure des accords, le dialogue sera préservé, voire même renforcé.

«Créer, non posséder; œuvrer, non retenir; accroître, non dominer»  Lao Tseu

Patrick Colot

Praticien Sr en Mgt et organsiation

Administrateur TEC-MA