tec-ma | Ce que nous croyons qui doit être fait
1019
post-template-default,single,single-post,postid-1019,single-format-standard,cookies-not-set,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-8.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.9.2,vc_responsive

Ce que nous croyons qui doit être fait

15 Juil Ce que nous croyons qui doit être fait

Nos décisions et nos actes sont en grande partie rationnels, et c’est une bonne chose.

Parfois nous avons beaucoup de difficultés à démêler les avantages, les inconvénients et les conséquences de nos choix.

Tous ces effets que nous avons du mal à pouvoir mesurer sont tellement conceptuels ou difficiles à saisir. Une chose est certaine, si une décision, aussi bonne soit-elle, n’est pas en accord avec ce vers quoi notre être aspire profondément, nous aurons pris une bonne décision uniquement d’un point de vue rationnel.

Dans le même temps, nous aurons mis en place une situation nous plongeant dans la frustration, parfois une grande détresse et, dans tous les cas une configuration morale qui risque bien, à terme, de nous nuire.

N’oublions jamais que nous sommes également des êtres émotionnels. Nos croyances, nos émotions, certains schémas mis en place ou hérités nous aident ou nous limitent suivant le cas dans notre développement et servent de prisme à nos ressentis et perceptions. Ils prennent également part, dans une certaine mesure, à nos décisions.

Apprenons à savoir extraire le relatif de l’absolu. Un excellent choix dans l’absolu qui nous projettera dans une situation qui ne nous ressemble pas ou dans laquelle nous risquons de nous perdre est en fait une très mauvaise décision dans notre contexte précis qui relèvera inévitablement de l’ordre du relatif.

Tout cela peut paraître évident et empreint de bon sens, mais, qui n’a jamais pris une décision dictée par la peur de déplaire, de choquer, d’être jugé, rejeté ou «par devoir»?

Vous pensez que c’est le temps qui vous pousse à devoir décider sans prendre de recul? Débarrassez vous aussi de cette illusion.

Dès le moment où vous aurez pris le temps de méditer sur ce que vous attendez de votre vie et ce qui est ou n’est pas bon pour vous, alors plus aucun choix important ne vous mettra sous pression.

Il vous suffira ensuite de vous souvenir que la première personne envers laquelle vous avez le devoir d’être bienveillant est vous-même.

Sujet de méditation: «En quoi une décision qui ne tend pas vers l’accomplissement peut-elle être juste?»

Patrick Colot

Praticien Sr en Organisation & Management

Administrateur de TEC-MA

+32 (0)4 71 99 27 82

patrick.colot@tec-ma.be